20 décembre 2006

Point de vue sur les enseignements au coaching

Il y a de plus en plus de coachs, vous le savez... Depuis que j'ai décidé de "réseauter un max", j'en croise chaque fois un peu plus et davantage. Avant le DESU, j'y allais simplement avec ma curiosité, et je posais des questions, j'interrogeais, et certains me laissaient même entendre qu'ils pouvaient faire quelque chose pour moi. C'était gentil... Puis la formation a commencé, et j'avais envie de partager mes découvertes. J'ai du alors affronter quelques remarques, du genre, "...mais à Paris 8, vous travaillez avec quelles techniques ?" ou encore "...tout ça à l'air très universitaire quand même..." et celle-là que certains d'entre vous ont peut-être déjà rencontré "...moi , tu vois, le côté psy, c'est pas ça qui m'intéresse...". Je ne suis pas encore certaine de pouvoir faire le bilan du paysage de mes rencontres coach de hasard, mais voilà ce que je remarque :
- Il y a les anti-formations, ceux qui ne jurent que par l'action, la pratique, le faire..
- Il y a les formatés "Ecole de Machin", qui ne jurent que par l'enseignement de Machin ou Machine
- Il y a les groupies (H/F) qui ne jurent que par Machin ou Machine,
- Il y a les experts en..., qui ne jurent que par la technique truc ou chose
- Il y a les flous, les vagues, les que j'ai du mal à capter, parce qu'ils me parlent, mais je ne sais pas de quoi exactement,
- Il y a les anti-Paris 8,
- Je finirais avec ceux qui sont dans la relation à l'autre, qui cherchent le contact, qui donnent, qui sont ouverts et curieux, qui parlent de la vie, de ce qui les passionne, ... (mes chouchoux.. :=))
Cette liste n'est qu'une approche basique que je vous propose de compléter à votre guise.

Ce qui m'interroge le plus, ce sont les groupies, quelquefois déchu(e)s, et plus encore les Machin ou Machine, qui vont endosser le rôle de star, de mentor, de gourou, entouré de disciples desquels ils vont attendre une adhésion et exiger une loyauté sans failles. Je m'explique. A plusieurs reprises, j'ai croisé des personnes profondément affectées et déstabilisées par les excès de toute puissance de ces mentors dans laquelle elles avaient placé une certaine confiance et un gros chèque... Bien sur, que ces situations nous renvoient une fois encore, et entre autres schémas relationnels, au triangle de Karpman, ou à une forme de Quid Proco systémique. Mais certaines de ces personnes arrivent de bonne foi dans le coaching, cherchent une école, entendent parler de Machin ou entendent Machine à une conférence, se disent je vais me former, payent et finalement terminent cassées ou au minimum avec le sentiment de s'être fait arnaquer émotionnellement et financièrement. Que se passe-t-il alors ?

J'ai choisi de me former à l'université pour cela, j'ai choisi Paris 8, par rapport à son écclectisme supposé, et pas seulement pon son diplôme. Et c'est ce que j'y ai trouvé finalement : de l'ouverture, de la diversité, des approches contradictoires, de la transversalité, de quoi continuer mon chemin et ma réflexion.

Je ne veux pas entrer moi aussi dans le prosélytisme, mais je souhaite attirer l'attention de ceux qui viendraient sur ce blog pour trouver de l'information, sur l'importance du choix d'un enseignement au coaching. Prenez le temps....
J'ouvre le débat pour que chacun puisse s'exprimer sur ce sujet.

Et je termine par quelques vers ancestraux qui me sont venus à l'esprit en écrivant ce billet.
Tu ne te feras pas d'images sculptées, rien qui ressemble à ce qui se trouve au ciel, là-haut, sur terre, ici-bas ou dans les eaux, sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant elles et tu ne les serviras pas, car je suis YHWH, ton Dieu, un Dieu jaloux qui punit la faute des pères chez les fils et les petits-fils sur trois ou quatre générations, s'ils me haïssent, mais qui prouve sa fidélité à des milliers qui m'aiment et gardent mes commandements. (Deutéronome 5.8-10)

Image: Péfo

1 commentaire:

Gilles a dit…

Je découvre votre blog par hasard et je souscris à vos propos.

Je viens de valider ma licence de psycho à Paris 8. J'aime l'enseignement de cette fac ouverte à toutes les méthodes et qui pousse les étudiants à cultiver un sens critique.

Concernant le coachs, le problème (me semble t-il) provient du flou autour des différents organismes de formations dont certains sont sérieux et d'autres beaucoup moins, et parfois même sectaires.

Difficile de faire reconnaître cette profession en plein boum.